Quid à propos de l'hiver 2018-2019

Tous les automnes depuis plusieurs années, des articles tentent de faire le « buzz » en annonçant l'hiver qui suit comme étant « le plus froid du siècle ». 2018 ne déroge pas à la règle.


Et force est de constater que nos derniers hivers n'ont pas été particulièrement froids, malgré quelques vagues de froids.

Toutefois cette année, les indices climatiques vont plutôt dans ce sens.

Impossible d'être catégorique et affirmatif bien sûr, mais il semblerait que l'hiver ptochain puisse connaître des périodes de froid, un peu à l'image des hivers 2008-09 et 2009-10 ou encore décembre 2010, en Europe.


En effet, plusieurs paramètres concordent : une très faible activité solaire, une anomalie froide récurrente dans le nord de l'océan Atlantique, une NAO (North Atlantic Oscillation) négative envisagée l'hiver prochain et des modèles climatiques indiquant des anomalies froides probables, notamment le modèle saisonnier ECMWF (Centre Européen de prévision) calculé au Met Office à Reading, en banlieue de Londres.


Au vu de ces différents paramètres il n'est pas impossible que , sans tomber dans l'alarmisme ou le catastrophisme en annonçant l'hiver du siècle; l'hiver '18-'19 soit globalement potentiellement froid.

Mais sur quoi se basent ces prévisions à long termes ?

Sont-elles vraiment fiables ?

Comment (et doit-on) interpréter ces prévisions au regard du "réchauffement climatique" ?

Il s'agit plus de « tendances » que de prévisions, les méthodes utilisées étant très différentes des prévisions météo classiques, pour le lendemain, à sept jours ou quinze jours.

Plusieurs paramètres sont utilisés pour tenter d'établir une tendance à plusieurs semaines et plusieurs mois : les modèles numériques, calculant les déviations probables de la pression atmosphérique, des températures et des précipitations. Il en existe de nombreux un peu partout dans le monde, de Londres (UKMO) à Paris (Météo-France) jusqu'aux Etats-Unis (NOAA-NECP), en Australie, au Japon, en Afrique du Sud...

Ces modèles calculant ces déviations à l'échelle mondiale sont utilisables en Europe.

Mais ils peuvent se contredire et il faut donc les interprêter. Outre ces modèles, des facteurs naturels sont pris en compte, tels que l'activité solaire, l'état des courants océaniques (plus ou moins régis par des cycles) notamment la NAO (North Atlantic Oscillation), mais aussi beaucoup plus loin de nous El Nino et La Nina qui ont des retombées mondiales.

A cela s'ajoutent des études statistiques, tentant de mettre en évidence la durée-retour de certaines anomalies (froid, chaud, sécheresse, forte pluviométrie)...

Leur fiabilité reste assez limitée encore de nos jours, de l'ordre de 60 à 65%, ce qui laisse une importante marge d'erreur, de 35 à 40%.

Le "réchauffement climatique" moderne n'empêche pas le froid de régner par endroits à certaines périodes.

On l'a vu encore l'hiver dernier en février-mars, au printemps dans le sud-ouest de l'Europe, en Amérique du Sud ces derniers mois...

Les périodes de froid sont globalement moins fréquentes et moins intenses que dans les années 70 et les décennies précédentes, mais il arrive encore de connaître de grosses anomalies négatives.

Même si l'hiver prochain devait être exceptionnellement froid, il ne remettrait pas en question la tendance au réchauffement de ces 40 dernières années.

Même si celui-ci se tasse après El Nino et ralentit depuis 20 ans.

Il a déjà fait très chaud dans le passé durant des périodes froides, y compris au coeur du Petit Age Glaciaire entre 1300 et 1850.

(Atlantico.fr)

Indexes and teleconnections

North Atlantic Oscillation (NAO)

Negative this winter. That suggests an increased chance of cold and dry periods.

Quasi-biennial oscillation (QBO)

The QBO is currently in a negative (easterly) phase. That may continue through the rest of the autumn and winter but it probably has now peaked and is returning to a positive (westerly) phase. If it remains negative this winter the chance of cold spells would be increased.

El Niño Southern Oscillation (ENSO)

At the moment El Niño is favoured with a 65% to 70% chance as we head into the Northern Hemisphere winter of 2018/19. A correlation between a weak El Niño and an increased incidence of cold periods during the late winter has been established. However, the TWO view is that a strong El Niño increases the chance of a mild and wet winter.

Solar Activity

The solar minimum is expected next year and levels of activity are expected to be low through the coming months. There is a suggestion that cold winters occur more frequently in the UK shortly after a solar minimum is reached and that low levels of solar activity generally increase the likelihood of colder periods.

Summary

It is too early for a clear signal for winter 2018/19 to emerge.

Recent climatology favours milder conditions but some of the background signals and the increased propensity for high pressure blocking to form since the Sudden Stratospheric Warming (SSW) event in February suggest otherwise.

At this stage the The Weather Outlook (TWO) view continues to be that there is an increased chance of winter 2018/19 being close to or colder than average.

Regular updates will be issued before the TWO winter forecast is released at the end of November.

UK Seasonal Outlook

The seasonal forecast is updated every three months. Spring - March 1st, Summer - June 1st, Autumn - September 1st, Winter - December 1st.

October

Temperature:

Above average.

Precipitation:

Close to average.

First half

A reasonable start to the month is expected in the southern half of the UK with above average temperatures and quite a lot of dry weather. In the north more changeable conditions are forecast and gradually they spread southeastwards with an increasing chance of wet and windy spells.

Second half

Progressively more unsettled weather is expected with wet and windy weather in all parts of the country at times. Very windy on occasion, particularly in the north. The best of the drier spells continue to be in southern and central regions. Temperatures in the south should be above the average, but in the north close to average is more likely.

November

Temperature:

Close to average.

Precipitation

Above average.

First half

Predominantly unsettled conditions, especially in the north, frequently bringing showers or longer outbreaks of rain and windy spells. The best of the drier intervals are expected in southern and central regions. Colder incursions develop at times, especially in the north, but temperatures in the south should be close to or slightly above the average over the period as a whole.

Second half

The theme is expected to be an unsettled one with wet and windy weather prevailing. Colder incursions in northern regions could bring an increasing possibility of sleet or snow, especially over higher ground. At times colder weather could spread southwards. Temperatures are forecast to be close to average over the period as a whole in the south but slightly below average in the north.

(Source: TWO (The Weather Outlook))